VSBG

Au Burundi, les violences faites aux femmes et aux filles prennent racine dans les relations inégalitaires entre les femmes et les hommes, basées sur des croyances individuelles et des normes sociales qui permettent, encouragent et justifient les violences. Ces croyances et normes ont encore beaucoup d’emprise, tant sur les femmes que sur les hommes

Interventions de RCBIF ?

En vue  de réduire le risque de toutes formes de violences  y compris la violence sexuelle au sein des communautés cibles, le RCBIF plaide en faveur de la mise en œuvre des politiques publiques et de lois visant à mettre fin aux violences sexuelles et sexistes, à influencer et à modifier les normes sociales qui tolèrent la violence et à apporter des assistances médicale, juridique, psychologique, socio-économique et kit de dignité aux survivants des VSBG

Réalisations clés 2019-2022

Organisation des audits de sécurité   

                        

L’audit de sécurité est une approche développé axé sur la réponse du système de justice formelle à toute violence sexuelle et basée sur le genre. L’audit de sécurité vérifie que la sécurité des vulnérables des VSBG soit véritablement garantie par les politiques et les procédures du système de justice conçues à cette fin. Il est réalisé au niveau des communautés choisies et soupçonnées de la gravité des VSBG. L’équipe d’audit évalue tous les aspects de la réponse des communautés face aux VSBG et cherche à détecter les lacunes susceptibles de créer des risques pour la sécurité des survivants. Ce processus fournit un retour d’information capital pour la formulation de la réponse communautaire aux violences qui se font dans la communauté.

Les participants dans ces ateliers identifient les types de violences qui se manifestent dans les communautés, les causes, les auteurs, les victimes et les endroits où les VSBG sont commises

Au cours de ces 3 dernières années, 6 audits de sécurité ont été organisés touchant 438 participants composés de 201 leaders religieux, 73 personnels de la santé, 64 personnel de l’éducation, 75 personnel de l’administration, 25 personnel de la police judiciaire

Organisation des dialogues communautaires

L’objectif de dialogues communautaires est de susciter chez les membres de la communauté une prise de conscience et un changement de comportement personnel. En effet, l’engagement attendu d’eux a été une conviction profonde que les VSBG ne sont ni une fatalité, ni la normalité, mais bien une violation des droits de l’homme basée sur l’enracinement des inégalités femmes-hommes.

Au total, 88 séances de sensibilisation ont été organisées à l’endroit des membres de la communauté à travers des sketchs, des jeux ludiques et des concours. Les thèmes abordés étaient centrés sur les types, causes et conséquences des VSBG ainsi que les services à offrir aux survivants des VSBG.